Saturday, June 22, 2013

My business school is rich, my business school parle "globish".

In Le Monde, Benoît Floc'h presents an amusing article on the prevalence of English-teaching business schools in France, one which will undoubtedly evoke a bitter smile from defenders of the French tongue.
My business school is rich, my business school parle "globish". Il est peu probable que les écoles de commerce françaises se soient senties concernées par la polémique sur l'utilisation de l'anglais à l'université. Elles, l'anglais, elles l'utilisent depuis belle lurette. Et elles en raffolent. Car les business schools sont hype ; elles sont cool ; elles sont trendy.

La tête retournée par les rankings et la globalisation effrénée de l'enseignement supérieur, elles ont résolument adopté le sabir des businessmen jet-lagués, le global english, ou "globish". D'ailleurs, et pour commencer, ces écoles n'en sont plus. Dorénavant, il convient de les appeler "business schools". Leurs slogans ? "Be distinctive", ordonne EM Strasbourg Business School ; "Get ready to love your future", susurre l'école de Marseille, Euromed Management ; "Write your story", recommande celle de Bordeaux. Quant à EM Lyon, sa mission est "Educating entrepreneurs for the world". Et Audencia, à Nantes, se propose d'"Inspiring new leaders".

Dans ces écoles, pardon, ces business schools, les élèves s'inscrivent dans des formations undergraduate ou post graduate pour devenir des managers boostés au leadership. Car, bien entendu, ils sont trop jeunes pour les executive programs.

Ils choisissent des tracks où ils peuvent suivre les workshops, s'adonner aux serious games ou expérimenter les futures learning de ces smart schools. Tout cela sous l'autorité de faculties qui ont (presque) tous un PhD et, of course, un dean. La supply chain, le sustainable business, l'hospitality ou l'outdoor industry n'auront plus aucun secret pour eux, mais ils acquerront également des soft skills. Pour se détendre, ils peuvent participer à la sailing team ou aux entrepreneurship awards. Car devenir un "leader entrepreneurial", c'est essentiel.


Bien sûr, il ne faut pas zapper la Luxury Careers Week ou l'International Online Career Day du Career Forum. Le job en dépend.

Euromed Management et Bordeaux Ecole de management ont bien compris l'enjeu. En s'unissant, elles ont choisi de s'appeler Kedge ("l'ancre"). Avant elles, l'ESC Lille et le Céram de Nice avaient donné naissance à Skema, pour School of Knowledge Economy and Management.

De fait, ce sont surtout dans les écoles moyennes de province que l'on prise le chic globish. La grande HEC, dont la réputation internationale n'est plus à faire, n'a pas besoin de recourir aux envolées anglodôlatres. Son slogan ? Le très sobre "Apprendre à oser".

Les autres, celles qui subissent la concurrence de plein fouet surjouent l'excellence de leur formation. Et elles savent bien qu'être moderne passe par l'anglais. L'idée : mettre le grappin sur l'étudiant international, celui qui est né à New Delhi, fera ses études à Orléans, se mariera à Rio de Janeiro, commencera sa carrière à Chicago et la finira à Shanghaï avant de prendre une retraite bien méritée à Moscou.

Et pour lui, rien n'est trop beau. Car, après ses études, il fera partie des alumni. Les anciens, bien trop anciens, ont disparu. Alumni, c'est du latin, bien sûr, mais les business schools, qui ont fait cette trouvaille aux States, croient encore que c'est de l'anglais. Chut ! Don't tell them.

Thursday, June 20, 2013

Big Obama Is Watching You: "And When Finally We Get Obama to Listen to Us, This Is What We Get"

Imagine what the situation would be like had Obama not promised to refrain from imitating Bush Jr… 
The Canard Enchaîné joins in railing against Big Obama, aka Big Mama (merci à W2).
François Hollande (according to the satirical weekly):
"And When Finally We Get Obama to Listen to Us, This Is What We Get!"

Wednesday, June 19, 2013

Meet the American people — " the sorts that Barack Obama apologizes for abroad as guilty of sundry sorts of past class, race, and gender oppression"

Victor Davis Hanson has an outstanding must-read article (thanks to Instapundit) on PJMedia.
The CIA and FBI knew of the suspicious activity of the Boston bombers, of Major Hasan, and of Anwar al-Awlaki. And they did nothing to preempt their violence. The FBI is said to be carefully avoiding monitoring mosques, although all of the above terrorists were known by many fellow Muslim worshipers to be either disturbed or extremist or both. In contrast, the NSA monitors, we are told, nearly everyone’s communications rather than focusing on Middle Eastern male Muslims, even though Middle Eastern male Muslims have been involved in the vast majority of post-9/11 terrorist plots. The NSA is the electronic version of the TSA, which feels it is noble and liberal to stop an octogenarian in a wheel chair for special frisking as proper compensation for every focused look at a West Bank resident or Pakistani visitor on his way into the United States.

The words “Tea Party” and “patriot” in a non-profit’s name would more likely earn a negative appraisal from the IRS than would “Islam” or “Muslim.” One wonders how Lois Lerner’s IRS division would treat a hypothetical “Sarah Palin Foundation” versus “The Dr. Zawahiri Charity.”
The IRS is not worried at all about 47% of the nation who pay no federal income taxes. The vast majority of those whom it focuses on are instead the 10% who pay over 70% of all taxes. These are the would-be proverbial “fat cats” who did not build their own businesses. They are reluctant to spread their wealth. They certainly did not know either when to stop making money or when the age of profit altogether had passed. Sometime around 2009 success was deemed failure, and failure success — at least if we collate the president fat-cat rhetoric with the vast expansion in the disability, food-stamp, and unemployment-insurance rolls.

Note that the IRS is not interested in leaking to Democrat senators or former administration official rumors about George Soros’s income or the details of the tax returns of Warren Buffett, Steven Spielberg, or Bill Gates. Instead, the Democratic majority leader in the Senate bragged that he knew (falsely as it turned out) that Mitt Romney paid no income taxes. And former high administration official Austan Goolsbee claimed (also falsely as it turned out) that he too knew that the Koch brothers were shorting the IRS.

Note that only liberal groups like ProPublica leak information about the confidential donor lists of conservative activists, apparently given their familiar arrangement with the IRS. So far IRS chiefs are not looking at prominent Democrat politicians for tax violations, although for a time — cf. Tim Geithner, Tom Daschle, Hilda Solis — that might have been a fruitful profile for inquiry. (One encouraging side note: if you are a suspect white, mature, well-off, conservative, heterosexual, Christian male, you can still obtain exemption from federal suspicion by loudly announcing that you also are enthralled by Barack Obama.)

We know who was not an administration suspect in the killing of four Americans in Benghazi — hard-core, al Qaeda-related Islamic terrorists. Instead a  supposedly right-wing unhinged video-maker was the object of vitriol from the secretary of state, the UN ambassador, and the president of the United States. He currently sits in jail. The known perpetrators of the murders walk free.  In contrast, Lisa Jackson, the former EPA director, just got a fat inside job from Apple, despite creating not just a fictitious name (e.g., “Richard Windsor”) to avoid scrutiny when she communicated official business, but also an entirely made-up alter ego: “Richard Windsor” became an ideal employee lauded by the unethical EPA for his supposedly “ethical behavior.”

We also know who in the media is not a target. Not the CBS or ABC News presidents who have siblings working in the White House. Not ABC’s Good Morning America, given that one of its stalwarts is married to Press Secretary Jay Carney. Instead, there are two sorts of suspicious reporters that are considered hostile to the administration and worthy of having their communications monitored. One group are those journalists who leak information that the administration wished to preempt and leak first or who refuse to only leak favorable classified information — the bin Laden trove, the cyber war against Iran, the drone targeting protocol — that makes the president look as if he were a competent commander in chief.

The other target, of course, is Fox News, whose staff, in a variety of ways and on a number of occasions, the Obama administration has previously attacked as in some way illegitimate.
Again, who fits these profiles that our current, vastly expanding big government does not like? If you are an operator of a coal plant that creates needed energy at a profit, then beware that the EPA is after you. If you are a shady insider who wants tens of millions of government dollars to subsidize a money-losing wind and solar plant, you hit the jackpot. Ditto the suspect people who build guitars, loan money to Chrysler, or wish to locate a jet airliner plant in South Carolina. Profits create suspicion; failures earn subsidies.

Then there are the clingers, whom the president long ago blasted as religious zealots and gun-toting xenophobes. These are the sorts whom the attorney general calls “cowards”  (not “my people”) — the “enemies” whom the president advises Latino activists to “punish” at the polls, the sorts that the president apologizes for abroad as guilty of sundry sorts of past class, race, and gender oppression.

In contrast, who is not so worried about government surveillance or audit? The New Black Panthers who turned up at a polling station in Philadelphia to intimidate voters; the “farmers” who, according to the New York Times, filed bogus claims to cash in on the government’s ill-advised and poorly administered Pigford settlement; the Secret Service agents who routinely visited prostitutes while on duty protecting high government officials abroad; and the assistant to Secretary of State Hillary Clinton who used her office to enhance her private consulting business.

Americans wonder whom would the immigration services more likely wish to deport: the German Romeike family that was “guilty” of homeschooling their children; Obama’s aunt Zeituni, who lied about her immigration status to illegally obtain state and federal subsidies; or Onyango Obama, who likewise is here illegally (for 21 years) and was recently charged with ramming a police car while driving intoxicated? Is the U.S. so short of DUI offenders and frauds that we must deport homeschoolers to make room for them?

There is currently a climate of fear growing throughout the United States. Millions of Americans are terrified of the IRS, the Department of Justice, the EPA, U.S. Immigration and Customs Enforcement, and even perhaps the FBI, CIA, and State Department.


These government agencies have never been bigger, more powerful, and more ideologically driven. Citizens fear them for understandable reasons: those who do nothing wrong, whether in filing tax forms or trying to buy a rifle, are considered suspect and deserving to be the target of either federal scrutiny or presidential slurs.  But those who do a great deal of wrong, either by illegally entering the country, disrupting polling, trafficking in weapons in Mexico, eavesdropping on American citizens, pulling tax information for partisan purposes, subverting a government agency, or lying to the public about government activity, seem exempt from punishment — and, more chillingly, sense that they are so exempt.

Ask who now is sitting in prison — a shyster video-maker who had nothing to do with the deaths of four Americans, or their five known terrorist killers lounging about in North Africa? Apparently, Nakoula Basseley Nakoula, like EPA director Lisa Jackson, was guilty of creating a fake persona. Like Labor Secretary Hilda Solis, he had a lien on his business. Like former Treasury Secretary Timothy Geithner, he had some unpaid taxes. Like Tamerlan Tsarnaev, he had been visited by government investigators. Like Attorney General Eric Holder and Director of National Intelligence James Clapper, he lied to federal authorities — although they were not quite as high as those in the U.S. Congress. And unlike all of the above, he was therefore jailed.

Of all the legacies of Barack Obama, the most pernicious will be the creation of a rogue government that has cut off and terrified half the population — and for no other reason than that they seem to represent things that Mr. Obama simply does not seem to understand.

Tuesday, June 18, 2013

In the Tour de France's doping race, Lance Armstrong was far behind "King Miguel"

Antoine Vayer, a former Festina cycling team honcho who is publishing Proof by 21 on the doping scandal inside the Tour de France, claims in Stéphane Mandard's Le Monde interview that, in the pantheon of Tour de France dopers who won the Tour, Lance Armstrong was "almost but a foot soldier compared to King Miguel".

Indeed, only one cyclist in the past 30 years,  Greg LeMond, never demonstrated anything outside of normal "human" capabilities, as is shown in a graph with four levels — normal, suspicious, miraculous, and mutant — in which "the Boss" (Lance) comes in 6th place only. And if Spain's Miguel Indurain was never threatened by doping revelations, says Vayer, it is because the five-time Tour winner's doctor was better the American's.

See also: Cycling News — Vayer casts doubt over performances of Indurain and Jalabert, Says Armstrong was some way behind in doping race
Depuis le "Tour du renouveau", décrété en 1999 après l'affaire Festina, Antoine Vayer passe au crible les performances du peloton en calculant les puissances développées par les coureurs dans les grands cols du Tour de France. Cet été encore, l'ancien préparateur de l'équipe Festina analysera pour Le Monde le relevé des "radars" posés sur le parcours de la 100e édition. Et vendredi 7 juin, il publie La Preuve par 21 (AlternatiV Edition, 148 p., 8,90 € [available in English through this La Flamme Rouge page]), un hors-série qui compile pour la première fois les performances des vainqueurs du Tour depuis 1983. Un guide utile pour la prochaine Grande Boucle.

Vous avez décrypté les performances des vainqueurs du Tour de ces trente dernières années. Aucun n'échappe au soupçon ?

Un seul coureur semble avoir toujours eu des performances "humaines", Greg LeMond. Il remporte son premier Tour avec une moyenne de 381 watts en 1986, puis 408 watts en 1989, et 407 watts en 1990. Il reste dans le vert. Tous les autres vainqueurs sont "flashés" à un moment ou à un autre de leur carrière au-delà de 410 watts (ce qui représente pour nous le niveau suspect), de 430 watts (miraculeux), voire de 450 watts (mutant). Avec l'arrivée de l'EPO au début des années 1990, un coureur qui pouvait développer 400 watts pendant vingt minutes se met à en développer 440 pendant quarante minutes ! C'est le cas du Danois Bjarne Riis, surnommé "Monsieur 60 %" en raison de son hématocrite largement supérieur aux 50 % autorisés, qui, en 1993, stagne à 399 watts mais passe à 449 watts lors de son Tour victorieux en 1996, à 32 ans. LeMond, lui, restera à 410 watts après 1990 et sera lâché par des ânes devenus des pur-sang.

Lance Armstrong a été décrit par l'Agence antidopage américaine comme le sportif ayant bénéficié du "programme de dopage le plus efficace de l'histoire". Pourtant, il n'est pas en tête de votre classement des vainqueurs du Tour les plus performants ?

Le "boss", avec sa moyenne record de 438 watts sur le Tour 2001, n'arrive en effet qu'en 6e position de notre palmarès. Il apparaît presque comme un petit joueur à côté du "roi" Miguel Indurain, cinq Tours dans son escarcelle. L'Espagnol paraît indétrônable avec ses 455 watts de moyenne dans l'édition 1 995. Bjarne Riis, Marco Pantani, Jan Ullrich et même Alberto Contador, avec 439 watts en 2009, fait mieux qu'Armstrong. L'Américain a régné sur sept Tours entre 1999 et 2005 en gérant "seulement" entre 428 et 438 watts de moyenne. Le fait que son règne a débuté après l'affaire Festina en 1998 et la mise en place du test de détection de l'EPO l'ont obligé à faire plus "attention". Il n'a pas pu prendre de l'EPO à la louche comme ses prédécesseurs et a dû être plus précis, minutieux, réfléchi, organisé, intelligent.

A la différence d'Armstrong, Indurain n'a pourtant jamais été inquiété par des affaires de dopage...

 Le "roi" Miguel a été contrôlé une fois positif, au salbutamol, en 1994. Mais il a ensuite été blanchi par une formation "disciplinaire" de la Ligue nationale de cyclisme. En fait, le médecin d'Indurain, Sabino Padilla, a été meilleur que celui d'Armstrong, Michele Ferrari. Il a fait d'un coureur de 80 kg un grimpeur ailé montant les cols plus vite que Pantani, 56 kg, dont la plupart des performances dépassent les 450 watts, sur le Tour comme le Giro. A l'instar d'Eufemiano Fuentes, quelques années plus tard, Padilla a permis à un marathonien comme Martin Fiz d'être lui aussi un roi d'Espagne.

Un autre coureur qui n'a jamais été contrôlé positif, c'est Laurent Jalabert. Vous rangez pourtant le Français, de par certaines de ses performances, dans la catégorie des coureurs "mutants" ?

Quand Armstrong a pris connaissance des déclarations de "Jaja" devant la commission d'enquête sénatoriale sur le dopage [le 15 mai], il m'a demandé si c'était bien "under oath", à savoir sous serment. "Est-ce qu'on était dopé ? Moi, je crois que non", a répondu Jalabert aux sénateurs. Mais alors comment a-t-il, de meilleur sprinteur, pu se muer en meilleur grimpeur du Tour sous la férule de Manolo Saiz, le mentor de la ONCE et du cyclisme espagnol, qui était récemment sur le banc des accusés à l'occasion du procès Puerto. Lors de la Vuelta, en 1996 et 1997, l'ex-maillot vert a monté le lagos de Covadonga, 8,5 km à 9,18 %, en moins de vingt-cinq minutes, en poussant respectivement 468 et 478 watts. Sur le Tour, nous avons même dû rebaptiser l'ascension du col de Mende "montée Jalabert", après ses 495 watts en 1995 ! Il a aussi déclaré, sous serment que son médecin de l'époque était surnommé "docteur Citroën" par opposition au docteur Ferrari d'Armstrong. Comment se fait-il alors que "Jalabert" apparaisse dans les documents saisis par un juge de Bologne au domicile de Michele Ferrari ? Pourquoi son numéro de téléphone figure dans le carnet du "Dottore" ? Et pourquoi est-il consigné dans ces fiches que son hématocrite passe de 42 % le 19 janvier 1997 à 54 % le 28 août 1997 ? Si j'avais été sénateur, je lui aurais aussi demandé pourquoi, alors qu'il était 3e au général, il s'est enfui du Tour de France en 1998 en suivant son père spirituel Manolo Saiz après l'intervention de la police. Armstrong a dit récemment qu'il serait le premier à aller tout raconter si une Commission vérité et réconciliation était mise sur pied. Laurent Jalabert devrait aussi s'y précipiter.

A travers l'analyse des performances, vous identifiez quatre ères du dopage ces trente dernières années ?

Avant 1990, on est dans l'ère pré-EPO : on flirte avec les 410 watts à base de corticoïdes et d'anabolisants. Puis on assiste à un bond à 450 watts avec l'arrivée et l'usage massif d'EPO jusqu'en 1998. Après l'introduction du test EPO, les transfusions sanguines font leur grand retour : c'est l'ère Armstrong, stabilisée aux alentours de 430 watts. Depuis 2011, on peut parler d'une nouvelle ère "mixte", où les performances sont un ton en dessous mais avec des puissances suspectes au-delà de 410 watts. La raison est simple : l'EPO et les transfusions, trop voyantes et détectables, ont fait place à des produits donnant de la "force" comme l'Aicar. On joue moins sur l'oxygénation et davantage sur la fibre du muscle. On pousse moins de watts longtemps, mais on peut contracter le muscle plus longtemps. 

Vous estimez que les performances sont donc redevenues plus humaines ?

Il n'y a plus de coureurs flashés "miraculeux" à nos radars depuis 2011. Cadel Evans est dans le vert, à 406 watts de moyenne cette année-là. En 2012, Bradley Wiggins est jaune à 415 watts avec Christopher Froome et Vicenzo Nibali au-dessus de 410. Cette décroissance des performances permet à des coureurs comme Nibali, à 414 watts de moyenne, de remporter le Giro 2013 avec son équipe Astana, dirigée par Alexandre Vinokourov, un ancien "mutant".

Aujourd'hui, la plupart des coureurs et des préparateurs utilisent le calcul des puissances pour évaluer les limites physiques. Pourquoi l'Union cycliste internationale (UCI) n'utilise-t-elle pas cette mesure comme une preuve indirecte du dopage ?

Depuis 2012, l'UCI interdit la télétransmission de ces mesures de puissance qui sont pourtant collectées par plus de la moitié du peloton du Tour. Parce que jouer la carte de la transparence serait dangereux. C'est plus commode de se cantonner à la première partie de la définition du dopage : "Pratique consistant à absorber des substances ou à utiliser des méthodes interdites", et d'évacuer la deuxième : "afin d'augmenter ses capacités physiques ou mentales : ses performances". Or, comme l'a reconnu lui-même l'ex-patron de l'Agence mondiale antidopage, Dick Pound, déceler les produits est difficile et les contrôles restent facilement contournables. Les performances, elles, ne mentent pas.

Vous faites partie de Change Cycling Now, groupe de pression qui s'est constitué après l'affaire Armstrong. Vous demandiez avec Greg LeMond et son fondateur, Jaimie Fuller, la démission du président de l'UCI, Pat McQuaid. Comment expliquez-vous qu'il soit encore en place et prêt à briguer un nouveau mandat en septembre ?

Pat McQuaid aurait dû démissionner après l'affaire Armstrong. Greg LeMond s'était porté volontaire en décembre 2012 pour assurer un intérim. Mais un chien ne lâche pas une saucisse. J'ai rencontré McQuaid en janvier. Il m'a confié qu'il était sûr d'être réélu. Le mode d'élection qui attribue autant de voix à la France qu'à n'importe quel Etat affilié et ses voyages dans les pays lointains lui ont donné suffisamment de garanties. Développer le cyclisme en Afrique ou à Cuba rapporte plus de voix que lutter contre le dopage. Nous avions proposé à Dick Pound de le soutenir pour prendre la présidence de l'UCI mais il a décliné. Nous allons en Australie rencontrer des personnes impliquées dans la lutte antidopage. Peut-être qu'à notre retour nous aurons trouvé un candidat prêt à affronter McQuaid.

Monday, June 17, 2013

Gay Marriage: Some French Officers Evoking a Coup to Overthrow Leftist Government

Unhappy with the François Hollande's decision to allow gay marriage, a number of officers in the French Army, albeit a small one, are brandying about the idea of a coup to overthrow the French government, report Nathalie Guibert and Caroline Monnot in Le Monde. Evidence came through Jean-Dominique Merchet's Secret-défense blog, which revealed the contents a recent issue of the Revue de l'Arsenal magazine, which shows "the growing frustration" within the ranks.
Après La Manif pour tous, qui a compté de nombreux officiers et familles de militaires ordinaires dans ses rangs, la défense dit prendre "très au sérieux" le mouvement d'humeur qui émane des milieux d'extrême droite catholique traditionalistes et qui est relayé par certains gradés. Les services de renseignement ont placé cette frange, minoritaire mais rendue très visible depuis les manifestations anti-mariage gay, sous surveillance.

La circulation sur Internet de La Revue de l'Arsenal est considérée comme un symptôme. Signalée par le blog "Secret-défense" du journaliste Jean-Dominique Merchet, mercredi 5 juin, cette nouvelle publication évoque "le grand mécontentement" des armées et contient un appel au putsch. Visant un public militaire, Arsenal se présente comme l'émanation d'un Mouvement du 6-Mai jusqu'à présent inconnu, qui dit appartenir à la mouvance du Printemps français. Il aurait été lancé, selon la revue, par les "cellules solidaires du Lys noir", appellation pompeuse derrière laquelle se cache Rodolphe Crevelle, vieux routier de l'extrême droite radicale au passé tumultueux qui, après avoir fréquenté plusieurs de ses chapelles, se réclame de l'"anarcho-royalisme".

Ce n'est pas l'appel au putsch qui est jugé préoccupant en tant que tel, mais le fait que plusieurs officiers généraux catholiques de renom soient, pour l'occasion, présentés comme les fers de lance d'un combat contre "le cabinet franc-maçon"  du ministre Jean-Yves Le Drian : Benoît Puga, chef d'état-major particulier du président de la République, Pierre de Villiers, major général des armées, et  Bruno Dary, ancien gouverneur militaire de Paris qui a quitté ses fonctions actives depuis un an.


Aux dires d'Arsenal, tous trois auraient pu former, en raison de leurs positions, de leurs idéaux nationaux-catholiques et de leur aura opérationnelle, de possibles points d'appui pour un "sursaut". Le fanzine semble déplorer que ces officiers généraux n'aient pas encore sauté le pas. Et finit par estimer que "le salut viendra des capitaines".

Aucun des trois hauts gradés n'a publiquement démenti sa proximité avec les idées politiques qui leur sont prêtées. Pour des raisons obscures, Arsenal a éventé un projet qui, selon nos informations, a, un temps, été caressé dans certains cercles ultra-minoritaires un peu enfiévrés de l'armée. En cas de crise majeure déclenchée par les protestations contre le mariage gay, ces micro-cercles nourrissaient le fantasme d'une sorte de comité de salut public dont le général Puga aurait été la tête pensante et le général Dary la façade consensuelle.

Au-delà de ce projet délirant, l'affaire du mariage homosexuel a révélé la proximité de certains
gradés, estimés pour leur valeur militaire, avec des milieux nationaux-catholiques, contre-révolutionnaires et antirépublicains. A la défense, on estime que cette "humeur", qui mêle l'expression d'illuminés à celle de militants prêts à faire le coup de poing, pourrait être nocive. "Il faut que nous soyons vigilants, estime un officiel. La cristallisation autour du mariage gay a libéré certains comportements et paroles, cela peut avoir des incidences sur de jeunes officiers pour qui défendre la "grande armée" contre les socialo-communistes francs-maçons est un combat."

L'entourage de M. Le Drian dédouane le major général Pierre de Villiers, "un vrai officier républicain". Le cas de Benoît Puga est plus embarrassant. Son frère, Denis Puga, est lié au mouvement d'extrême droite nationale-catholique Civitas et officie à Saint-Nicolas-du-Chardonnet dont le général est lui-même un familier. Cette église parisienne est accaparée depuis plus de trente ans par la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, mouvement intégriste de l'évêque schismatique Marcel Lefebvre. Mais à l'Elysée, on met aussi en garde contre les "amalgames" : des mouvements peuvent se servir de noms connus, et le général Puga étant jugé parfaitement loyal, sa vie familiale n'est pas un sujet.

La tête de pont la plus visible est Bruno Dary qui fut coorganisateur de La Manif pour tous et continue d'appeler à "la résistance contre cette mauvaise loi sans impliquer l'institution". Le 24 mai sur LCI, il dénonçait un "hold-up politique" sur le débat de société réclamé par les opposants au mariage homosexuel. Ce général 5 étoiles préside le Comité de la flamme, et ranime, deux fois par semaine, la flamme du Soldat inconnu sous l'Arc de triomphe. Officier de la Légion à la réputation immense, il est très proche du général Puga avec qui il a "sauté sur Kolwezi" en 1978.

"Les jeunes officiers peuvent se dire : si un 5 étoiles peut prendre la parole comme ça, pourquoi pas moi ?", poursuit l'officiel déjà cité. Pour Bruno Dary, ceux qui parlent de putsch sont "des rêveurs" et leurs propos "n'engagent qu'eux". "Actuellement, la défense ramasse, avec les baisses budgétaires, que certains aient un goût amer dans la bouche, c'est possible. Mais ces mouvements ne m'intéressent pas, dit-il au Monde. Je rappelle aux jeunes officiers qu'il y a eu d'autres épisodes douloureux, il faut relativiser. On peut se demander à quoi ont servi les 20 000 soldats français morts en Algérie."

Le ministère a fait enlever les banderoles anti-mariage pour tous des fenêtres de l'immeuble où logent des hauts gradés dans le 15e arrondissement de Paris. Une poignée d'officiers qui ont passé la ligne jaune auraient été sanctionnés. L'un d'eux a été sorti de la liste des généraux : le colonel R., qui s'était illustré lors de la manifestation de Civitas du 18 novembre 2012 en frappant une militante Femen. La vidéo de l'incident a été largement consultée sur YouTube. D'autres, après s'être imprudemment exposés, se sont faits plus discrets. C'est le cas d'un officier de la réserve opérationnelle des forces spéciales lié aux réseaux nationaux-catholiques d'Ichtus, qui s'était mis en avant au lancement du Printemps français.

Sunday, June 16, 2013

The Last Best Place on Earth

Echoing Ronald Reagan's “A Time for Choosing” speech (video), Ted Cruz twitters:
Growing up my dad often told me,
"When we faced oppression in Cuba, we had a place to flee to. If we lose our freedom here, where do we go?"

Why Have Affirmative Action When Even Blacks are (Massively) Against the Procedure??

How much can you say that that positive discrimination is necessary, and indeed a positive for the black race, when a majority of Americans — including all minorities, not least members of the black race themselves (!) — are against using race as factor in college admissions?
 … two recent polls show a majority of Americans are against colleges and universities using race as a factor in admissions 
reports Yahoo's Liz Goodwin (thanks to Instapundit).
A recent ABC News poll finds 76 percent of Americans think colleges should not consider the race of applicants. The poll did not find major differences in race: 79 percent of white people oppose the use of race in admissions, while 71 percent of nonwhites oppose it (including 78 percent of blacks and 68 percent of Hispanics).

Meanwhile, an NBC/Wall Street Journal poll from this month finds support for affirmative action at a historic low, with just 45 percent of Americans saying such programs are still needed to counter discrimination against minorities, compared with 61 percent who favored it in 1991.

An equal number of those surveyed said affirmative action has gone too far and discriminates against white people. (The NBC poll differs from the ABC one in that it asked about "affirmative action" generally, instead of the specific instance of colleges considering race in admissions.)

The Supreme Court heard arguments in October that the University of Texas violates the Constitution by using race as one factor in admitting a small percentage of its freshman class. (The majority of students are admitted automatically by graduating in the top 10 percent of their high school class.) It's expected to release its decision this month. …
NEWS YOU CAN USE: The College Admissions Process Is Unfair — Get Used To It.
“There is only a tiny fraction of the pie that is reserved for Asians. They want you to fight for this slice: to die for it.”
And this — while our élites are obsessed with racism (but only when it is politically correct), the following type of news item remains ignored:
We looked at a random sample of 52 colleges and universities across the country. (Download the data in PDF here.) The sample included public and private institutions, and we attempted to create geographical balance. The only other restriction was that we looked for institutions that have some degree of national recognition. . . . Women are substantially overrepresented in the position of Title IX Coordinator. To be “representative of the student body,” approximately 27 to 29 of the 52 Title IX Coordinator positions (~55 percent) should have been held by women. But in our sample, 43 of the positions (83 percent) are held by women. Likewise women appear overrepresented in the staff positions of the relevant campus offices, but the level of overrepresentation was less than for the top positions (73.1 percent of the positions are held by women). Considering that the overwhelming preponderance of sexual harassment allegations are directed by women at men, the disproportion of women to men in the positions charged with interpreting and enforcing the sexual harassment rules is a legitimate concern. Are male students who are accused of sexual harassment likely to receive fair-minded treatment in these offices?
This is troubling, and calls for Congressional inquiry.